CHILI – AUSTRALIE (Analyse du match)

Le match opposant le Chili et l’Australie a donné lieu à une véritable opposition de style entre les deux équipes. Si la victoire est méritée pour le Chili, la Roja menée par Alexis Sanchez a été mise en danger à plusieurs reprises par les Socceros australiens qui sont mêmes parvenus à faire déjouer les Chiliens pendant une bonne partie de la deuxième mi-temps.

Commençons par le début…

Le match avait été précédé par les hymnes nationaux avec un furieux a capella à la fin de l’hymne chilien, les très nombreux supporters chiliens présents dans le stade faisant résonner leur voix dans l’Arena de Cuiaba où se déroulait le match de ce soir.

Dès le coup d’envoi, les Chiliens ont pris le contrôle du ballon dans un jeu de passes rapides, rythmées, avec la volonté de déstabiliser une équipe australienne dont le bloc défensif évoluait assez bas, laissant venir les joueurs chiliens. La tactique des Australiens consistait à se projeter vers l’avant dès la récupération, avec un jeu rapide fait de passes en profondeurs et d’accélérations en s’appuyant notamment sur Tim Cahill qui occupait ce soir le poste d’avant-centre pour l’équipe d’Australie.

Après 10 minutes équilibrés, le Chili finit par trouver l’ouverture par Alexis Sanchez qui profite des difficultés de la défense à se dégager. Son coéquipier Aranguiz parvient à faire la différence sur le côté gauche de la surface australienne et centre vers Vargas dont la tête est repoussé par Ryan le gardien australien. Le ballon revient dans les pieds de Sanchez qui frappe au but. Le gardien, présent sur la trajectoire, ne peut que dévier dans son propre but.

Trois minutes plus tard, les Chiliens récidivent par Valvidia qui profite de la percussion d’Alexis Sanchez qui s’infiltre dans la défense australienne sur le côté droit de l’attaque chilienne, le décalage créé par l’appel de Vargas toujours côté droit, laisse Valvidia libre à l’entrée de la surface face au but. Lorsque Sanchez lui fait la passe, Vavidia ajuste Ryan d’une superbe frappe qui va se loger dans la lucarne droite du but australien. La frappe sera mesurée à 95km/h!

Le retour australien

Après ces deux buts encaissés en début de rencontre, le mérite de l’Australie aura été de ne pas abdiquer et de se raccrocher à son schéma de jeu, certes moins spectaculaire que celui du Chili mais tout aussi efficace. De par leur agressivité en défense et dans le jeu aérien, leur capacité à se projeter vers l’avant va leur permettre de progressivement faire déjouer le Chili et réduire la marque grâce à une tête de Cahill à la 35e minute sur un centre de Leckie venu de la droite. Symbole de cette agressivité, c’est une récupération de Franjic à 35 mètres du but chilien qui rend possible ce centre et le but.

La seconde période est très débridée avec le ballon qui va d’un but à l’autre et des australiens qui se sont à deux doigts d’égaliser sur une frappe de Bresciano (56e minute) stoppée sur sa ligne par Claudio Bravo le portier chilien. Les Chiliens manquent eux aussi d’aggraver le score par Vargas qui voit sa frappe dégagée sur sa ligne par Wilkinson alors que le gardien était battu (61e).

La seconde mi-temps voit les Chiliens déjouer progressivement, n’ayant plus la même capacité à produire du jeu et à mettre en difficulté les Australiens. La rencontre est de plus en plus débridée mais avec des actions de moins en moins construites et donc souvent peu efficaces. Les Australiens ont eux-aussi fini par baisser le pied ne parvenant à trouver la faille et égaliser.

Le but de à la 92e minute de Beausejour, entré en cours de jeu pour le Chili, vient sceller la rencontre en faveur des Sud-Américains qui ont pourtant sembler sur le fil du rasoir sur la deuxième partie de la rencontre.

Un écart de 2 buts qui pourrait avoir son importance à l’issue des matches du groupe B ou la qualification pourrait se jouer à la différence de buts entre les Pays-Bas, l’Espagne et le Chili. Ces deux dernières vont s’affronter dans un match déjà capital pour l’Espagne, humiliée 5-1 par les Pays-Bas, et donc obligée de battre le Chili et, si possible, par plusieurs buts d’écart pour espérer se qualifier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s