NIGERIA – BOSNIE (Analyse du Match)

Après son premier match moyen et sans imagination face à l’Iran, on ne savait pas quoi attendre du Nigeria qui semblait promis à une élimination précoce. Les Super Eagles ont su se réveiller et remporter une rencontre qui leur permet de toucher du doigt une qualification pour les 8e de finales. Une victoire avec néanmoins de la réussite face à des Bosniaques qui ne sont pas parvenus à trouver l’ouverture, une malchance pour partie due à une erreur d’arbitrage…

Du rythme, des frappes et l’arbitrage 

 

Dès le début de la rencontre, les Nigérians ont fait montre d’une envie d’aller de l’avant, d’être agressif dans la récupération,  produire un jeu rythmé et de prendre sa chance dès que possible à l’approche du but bosniaque. Ils sont les premiers à tenter leur chance avec plusieurs frappes dans le premier quart d’heure qui ne parviennent à inquiéter véritablement Begovic.

Les Bosniaques, de leur côté, prennent progressivement confiance dans leurs jeux basés sur une circulation de balle fluide, de la qualité technique au milieu avec notamment Miralem Pjanic par qui transite beaucoup de ballon.

La volonté des deux équipes de jouer sans attendre la faute de l’adversaire fait que le jeu va d’un but à l’autre. Cela aboutit finalement à cette action de la 21e minute ou Edin Dzeko inscrit le premier but du match sur un service en profondeur de Mimisovic. Ce but est finalement refusé par l’arbitre qui sur le moment juge que Dzeko était en position de hors-jeu. Une décision qui semble mauvaise au vu du ralenti qui montre l’attaquant bosniaque couvert par un défenseur nigérian.

Une décision qui va peser dans le cours du match d’autant que moins de dix minutes plus tard Peter Odemwingie marque pour l’équipe du Nigéria. Un but qui vient d’un débordement d’Emenike côté droit qui se débarrasse de Spahic avant de centrer en retrait pour Odemwingie qui marque d’une frappe de l’intérieur du pied droit.

Des Bosniaques en manque d’idée

 

Après le but d’Odemwingie, les Bosniaques n’ont jamais vraiment réussi à revenir dans le match. S’ils ont offert un jeu plaisant pendant toute la durée du match, ils ne sont pas parvenus à multiplier les actions tranchantes capables de faire douter une défense nigériane en confiance qui a été capable de contenir les initiatives bosniaques.

En deuxième mi-temps, les actions les plus dangereuses sont nigérianes. comme à la 61e minute où Begovic sort coup sur coup des tentatives de Babatunde puis d’Emenike. Le match perd pourtant en intensité et l’on sent que la Bosnie ne pourra pas plus revenir au score.

Ils sont pourtant à deux doigts de revenir au score par deux fois dans les tous derniers instants, à chaque fois par Dzeko. A la 91e minute, l’attaquant bosniaque reprend un corner de la tête, une tentative captée par Enyeama. Puis, à la 93e, Dzeko se met à nouveau en évidence d’une frappe en pivot qui vient se heurter a Enyeama qui dévie le ballon vers son poteau droit avant que le ballon ne soit dégagé. Un sauvetage dans les dernières secondes qui préservent le score et place le Nigeria en position de se qualifier pour les 8e de finale.

Bosnie, une première décevante

 

Pour sa première participation, la Bosnie pouvait nourrir des ambitions. Dans un groupe abordable et avec un effectif riche et talentueux, la Bosnie pouvait rêver des 8e de finale voir créer la surprise en s’invitant dans la cour des plus grands. La Bosnie n’a pourtant pas su élever son niveau de jeu et être capable d’être efficace sur les phases offensives.

Car si les Bosniaques ont pâti d’une erreur d’arbitrage, la victoire du Nigeria ne semble pas volée si l’on regarde la physionomie et surtout la capacité qu’ont eu les attaquants nigérians à prendre le pas sur la défense bosniaque, avec des joueurs régulièrement battus dans les duels, avec notamment Emenike particulièrement remuant coté nigérian.

Une équipe bosniaque qui jouera son dernier match pour le plaisir, puisqu’ils sont déjà mathématiquement éliminés de la compétition. Un match qu’ils joueront contre l’Iran, qui conserve des chances (très minces) de qualification en cas de défaite du Nigeria.

Une équipe d’Iran qui a d’ailleurs réalisé un très bon match face à l’Argentine et qui aurait pu même s’imposer sans une erreur d’arbitrage (penalty refusé) et une magnifique frappe de Lionel Messi qui a crucifié les Iraniens dans les dernières secondes de la rencontre.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s