L’Algérie retrouve son jeu et sa fierté

Après la défaite 2 buts à 1 face à la Belgique, le monde entier se disait que l’Algérie s’en était bien sortie, un match solide, presque héroïque pendant une heure, avant que la logique sportive ne reprenne implacablement le dessus. Mais pas pour les Algériens. Dans le pays, on était proche de l’émeute, fustigeant l’entraineur, les dirigeants, dénonçant un système et une tactique contre-nature, à l’opposé du jeu offensif, technique de l’Algérie. Certains disaient même qu’ils auraient préféré perdre 4-0 en jouant plutôt que cette parodie de football où l’on se terre en défense en attendant le coup fatal de l’équipe adverse.

Des têtes allaient tomber, l’odeur du souffre partout. En Algérie le football n’est pas un opium mais une amphétamine, et la tranquillité des rues peut être à tout moment bouleversée par une manifestation de joie ou de colère de milliers (millions ?) de supporters en fusion.

Mais au soir du 23 juin , et grâce à la victoire des Fennecs 4 buts à 2 contre la Corée, tout semble être rentré dans l’ordre, la vindicte populaire entendue. L’Algérie a retrouvé son football, avec son enthousiasme, sa naïveté parfois, mais surtout une incroyable capacité à emballer un match, le rendre fou dans un sens ou un autre, menant tous ses fervents supporters dans un jeu d’ascenseur émotionnel dont elle seule a le secret.

 

1982 c’est vieux 

 

Une équipe d’Algérie qui joue avec ses fantômes. On se souvient encore de l’épopée de 1982, avec le fameux arrangement entre la RFA Allemande et l’Autriche qui obtinrent honteusement leur qualification sur le dos d’une équipe d’Algérie brillante. Un épisode qui a eu pour conséquence que lors de la dernière journée du premier tour, les matches de  de chaque groupe se jouent simultanément pour éviter que des équipes faussent la sincérité de la compétition.

Un martyr que les Algériens portent à la fois fièrement mais qui refait aussi surface dans les moments d’amertume, le fameux « C’était mieux avant », « 82 c’était autre chose ». La victoire algérienne contre la Corée tient ainsi tout son importance parce qu’elle met fin à une période de 32 ans sans victoire en phase finale de Coupe du Monde.

Et hier soir contre la Corée du Sud, l’Algérie a du combattre avec l’un de ses fantômes, celui du match contre le Chili le 24 juin 1982, sa dernière victoire en Coupe du Monde. Comme face à la Corée, l’Algérie parvient lors de ce match à inscrire trois buts en première mi-temps avant que le Chili ne réduise la marque par deux fois, un score de 3-2 pour l’Algérie qui facilita à l’époque l’arrangement entre l’Allemagne et l’Autriche contre la sélection algérienne.

 

Un but magnifique de Brahimi en guise de délivrance

 

Au retour des vestiaires, l’Algérie mène donc 3-0 face à la Corée du Sud grâce à des buts de Slimani (26e), Halliche (28e), et Djabou (38e). Les Coréens piqués au vif reviennent sur le terrain avec la ferme intention de revenir au score après une première mi-temps où ils ont été largement dominés et où ils ont montré une certaine naïveté sur le plan défensif. Ils parviennent à inscrire rapidement un but par l’intermédiaire de Son (50e) qui trompe M’Bolhi après avoir profité d’une erreur d’appréciation de Bougherra dans la surface de réparation algérienne.

A ce moment-là, un vent de panique souffle côté algérien. On se dit que les Coréens peuvent revenir, ils font le siège de la défense, pressent, frappent au but, manquent de marquer à plusieurs reprises. Le supporter algérien se prend la tête à deux mains. Puis vint cette action de la 62e minute.

Tout part côté droit. Sofiane Feghouli qui reçoit le ballon d’Aissa Mandi, se joue de son vis-à-vis, le coréen Han, qu’il élimine sans que son adversaire n’ait pu espérer lui prendre le ballon. Pas de roulette, ni de passements de jambes mais une conduite et une protection de balle hors pair tout en gardant la tête levée pour pouvoir jouer avec ses coéquipiers. Il remonte le ballon latéralement à 30 m du but coréen et sert Yacine Brahimi coté droit.

Le milieu algérien s’avance vers la surface, deux défenseurs coréens devant lui. Il les fixent ce qui permet à Feghouli de prendre l’intervalle. Brahimi décide alors de le servir aux 16 mètres et de solliciter le une-deux. Un troisième défenseur s’avance vers Feghouli pour l’empêcher de frapper ce qui libère l’espace pour Brahimi qui passe dans son dos et peut recevoir, libéré de tout marquage, la remise de Feghouli. Brahimi s’avance balle au pied et n’a plus qu’à ajuster le gardien coréen d’une frappe de l’intérieur du pied droit après avoir contrôlé le ballon pied gauche.

 

Une action tout en finesse qui résume ce que les Algériens savent faire de mieux en matière de jeu. Un point d’orgue du match qui permet à l’Algérie d’assurer sa victoire, malgré un nouveau but coréen à la 72e minute. Une victoire qui place l’Algérie en bonne posture pour se qualifier même si elle doit conforter son résultat lors de son dernier match face à la Russie qui tout comme la Corée conserve mathématiquement une chance de se qualifier.

Une réflexion sur “L’Algérie retrouve son jeu et sa fierté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s