REGARD(S) SUR LES 8e DE FINALES

Alors que se termine le premier tour, c’est une nouvelle phase de la compétition qui s’annonce dès demain. Des matches encore, mais cette fois-ci à élimination directe, le couperet qui peut tomber à tout moment, parfois avec justice mais aussi de temps à autre avec un parfum de scandale quand les matches se jouent d’un rien, sur une décision arbitrale, ou grâce au vice discret du héros d’un soir. Mais rassurez-vous cette fois-ci tout se passera bien, c’est le meilleur qui remportera la coupe, sinon promis juré, le foot plus jamais!

 

Pour en revenir à ces 8e, petite revue des oppositions qui s’annoncent, en commençant par le haut du tableau:

 

Brésil – Chili

 

Le Brésil au révélateur chilien. Le favori annoncé de la compétition face à l’une des équipes les plus remuantes de ce début de mondial. Les Brésiliens de leur côté sont rentrés difficilement dans ce mondial, assez empruntés, et s’en remettant souvent à la vista de leur star a.k.a Neymar qui affiche déjà 4 buts au compteur. Le Brésil qui devra peut-être faire évoluer son système de jeu, quitte à prendre des risques sur le plan défensif, en multipliant les menaces sur le plan offensif et sortir d’un schéma de jeu souvent prévisible et attendu par les défenses adverses.

De leur côté, les Chiliens, bien que disposant d’une équipe séduisante et agressive, ont montré néanmoins quelques signes de faiblesses qui peuvent être exploités par les Brésiliens. A la fois lors de leur défaite contre les Pays-Bas, mais aussi face à l’Australie ou les joueurs d’Océanie sont parvenus pendant une partie du match grâce à leur « pressing tout-terrain » à désorganiser une équipe chilienne qui s’est retrouvée exposée un temps aux longs ballons et accélérations australiennes.

Des Chiliens, qui par ailleurs, n’ont pas les statistiques pour eux. Lors de leurs deux dernières confrontations contre le Brésil en Coupe du Monde, en 1998 et 2010, également au stade des huitièmes de finale, les Chiliens ont perdu à chaque fois perdu par trois buts d’écart (3-0 en 2010 et 4-1 en 1998).

Chances pour les deux équipes: Brésil 55 / Chili 45 (On attend de voir le Brésil, toujours grand favori, mais pas au niveau pour le moment)

 

Colombie – Uruguay

 

Dans cette partie de tableau, on va assister à une mini Copa America puisque le vainqueur de ce match affrontera le survivant de la rencontre Brésil-Chili.

Sur cette rencontre, on pouvait se dire que la Colombie était légèrement favorite eu égard à sa prestation au premier tour, avec James Rodriguez élu meilleur joueur du premier tour par la FIFA. Depuis, il y a eu Luis Suarez, le vampire de Natal, celui qui croque les défenseurs au sens propre comme au figuré.Suspendu pour neuf matches pour avoir voulu goûter un morceau de l’épaule du défenseur italien Chiellini, Suarez doit plier bagage ce qui prive l’Uruguay de sa meilleure arme offensive. Pour ne pas dire la seule… Méchant, mais pas faux.

Les Colombiens ont eux surmontés l’absence de leur star, l’attaquant Radamael Falcao, blessé depuis plusieurs mois. Son fantôme n’a même pas plané au-dessus du jeu colombien, les Sud-Américains ayant inscrit la bagatelle de neuf buts soit la deuxième meilleure attaque à l’issue du premier tour.

Des Colombiens qui ont néanmoins bénéficié d’un groupe relativement faible ce qui peut fausser notre regard sur le niveau de jeu de la Colombie. Face à l’Uruguay qui jouera probablement regroupé, la Colombie pourra tester la qualité et la vitesse de son jeu offensif avec comme perspective un match de gala en quarts face au Brésil.

Chances des deux équipes: Colombie 60 / Uruguay 40 (L’Uruguay devra s’accro-cher… Je sors!)

 

France – Nigeria

 

La France sur le chemin de la rédemption? Quatre ans après le fiasco sud-africain, les « Bleus » se mettent à rêver de l’eldorado après leur carton 5-2 contre la Suisse. Une équipe qui peut nourrir des ambitions mais qui se retrouvent dans un tableau difficile avec en perspective l’Allemagne puis le Brésil autant dire un calvaire.

Sans oublier, et pour commencer, le Nigeria, une équipe difficile à jouer, qui fatigue, qui éreinte, qui désosse aussi, une équipe rugueuse et sérieuse avec un gardien cinq étoiles, monsieur Vincent Enyeama, une muraille de Chine, les barbelés en prime, même Messi a dû s’y reprendre à deux fois avant de crucifier le portier nigerian.

Dans ce match, la France reste pourtant favorite, bénéficiant d’un meilleur équilibre collectif et d’un milieu de terrain capable à la fois d’assurer la récupération et de porter le surnombre sur le plan offensif. Reste que le Nigeria n’a rien à perdre, espérant accrocher un premier quart de finale après deux échecs en 1994 et 1998. Et quand on a rien à perdre…

Chances des deux équipes: France 60 / Nigeria 40 (Benzema vs Enyeama, ça va boxer dans la surface)

 

Allemagne – Algérie

 

En parlant d’équipe qui n’a rien à perdre… Voici l’Algérie, venu frapper à la porte de l’Allemagne encore une fois 30 ans après. On ne sait pas à trop quoi s’attendre, seule certitude, peu de chances que les Algériens refassent le coup du bunker comme lors du match face à la Belgique.

Certains annoncent déjà une raclée allemande, d’autres rêvent d’une action de génie du duo Brahimi – Feghouli. Un match à regarder avec curiosité, avec la promesse d’une nuit blanche des deux côtés de la Méditerranée si les Verts parviennent à s’imposer.

Chances des deux équipes: Allemagne 70 / Algérie 30 (Un coup sur la tête ou le coup du siècle)

 

Pays Bas – Mexique

 

Le Mexique est un habitué des 8e de finales, mais trop souvent éliminé à ce stade de la qualification. Face à des Pays-Bas, bourreaux d’une Espagne en fin de cycle, avec Robben et Van Persie en gros bras, le Mexique devra s’en remettre à son jeu collectif et tenir la distance sur le plan physique. Sans ça, les Pays-Bas risquent d’aligner les buts sans que Memo Ochoa, le gardien mexicain, ne puisse résister au bombardement en règle qu’il l’attend face aux Néerlandais.

Les Pays-Bas qui bénéficient d’une partie de tableau plus simple que ces concurrents pour le titre (Allemagne, Brésil, Argentine) doivent néanmoins se méfier d’une équipe mexicaine qui a contenu le Brésil et qui est donc capable sur un match de tenir défensivement, s’appuyant sur une charnière centrale expérimentée, et en dernière jouer son destin en prolongation ou sur les tirs aux buts.

Chances des deux équipes: Pays-Bas 65 / Mexique 35 (Une simple marche pour les Pays-Bas? Attention à ne pas trébucher…)

 

Costa-Rica – Grèce

 

Un match improbable, les équipes qui vous n’avez jamais osé prendre sur votre jeu de foot favori. Et pourtant… Le Costa-Rica, dompteur de champions de monde affronte la Grèce dont le jeu ressemble à une intermittence d’injection de morphine et de réveils forcés, une science défensive poussée parfois jusqu’à l’anti-jeu (la négation du jeu pas la faute d’antijeu).

Un match inédit, une curiosité à ce niveau de la compétition et le vainqueur qui jouera pour la première fois en quart de finale face au vainqueur de Pays-Bas – Mexique. On espère que les deux équipes ne seront pas tétanisés par l’enjeu et s’enfermer dans une guerre de positions stérile, avec un dénouement tragique aux tirs aux buts. A ne pas manquer!

Chances des deux équipes: Costa-Rica 51 / Grèce 49 (Il fallait bien se mouiller!)

 

Argentine – Suisse

 

Un match qui peut ressembler à une exécution pour une équipe de Suisse qui s’est qualifiée malgré le 5-2 infligé par la France en match de poule. Messi est en forme, les travées seront bondées, le sort de la Suisse semble liée à la capacité des Argentins à enfin développer leur jeu et mettre en musique ce qui sur le papier ressemble à l’une des meilleures attaques de tous les temps. Mais le papier… Vous l’aurez compris, pour le moment seul Messi assure l’intérim, inscrivant quatre des six buts argentins dans cette Coupe du Monde.

Du reste, les Suisses ne sont pas totalement démunis avec notamment Shaqiri qui a inscrit un triplé lors du dernier match de poule face au modeste Honduras. S’ils parviennent à mettre en danger une défense argentine fébrile, la machine bleu ciel peut se dérégler et prendre l’eau. Mais avec des si…

Chances des deux équipes: Argentine 70 / Suisse 30 (Le (bleu) ciel va-t-il tomber sur la tête des Suisses?)

 

Belgique – USA

 

Un match d’outsiders pour finir, avec d’un côté la Belgique qui aligne une sélection de jeunes loups émargeant déjà dans les plus grands clubs européens et avec une sérieuse envie de faire un gros coup. De l’autre, des États-Unis ou le « soccer » est en passe de devenir un sport majeur et une sélection qui depuis plusieurs mondiaux parvient à régulièrement se hisser en huitièmes de finale.A tel point, que l’on peut considérer la sélection américaine comme un bon étalon, un test pour les équipes qui veulent aller loin.

Et c’est le cas de la Belgique, qui après un premier tour sérieux mais peu enthousiasmant sur le plan du jeu, doit élever son niveau de jeu si elle veut tutoyer les sommets. En manque d’armes offensives, les Américains restent néanmoins un adversaire solide, difficile à manœuvrer, capable de menacer une équipe belge en manque de certitudes. Des Belges qui doivent se préparer à perdre du jus dans un match qui pourrait laisser des traces pour la suite de la compétition qu’elle que soit l’équipe qui en sortira vainqueur et rejoindra le vainqueur d’Argentine – Suisse en quarts.

Chances des deux équipes: Belgique 55 / USA 45 (La jeunesse dorée belge peut-elle dérégler la machine américaine?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s