C’ÉTAIT LE QUART D’HEURE AFRICAIN

Il y avait une chance, toute petite que le Nigeria et l’Algérie se retrouvent en quart de finale s’ils venaient à bout respectivement de la France et de l’Allemagne. Une chance, pas assez suffisante pour que le rêve se réalise, voir deux sélections africaines s’affronter au plus haut niveau du football mondial.

Les deux équipes sont parvenues à faire douter leurs adversaires, le Nigeria pendant 70 minutes avant de s’effondrer dans le dernier quart-d’heure, et l’Algérie pendant 90 minutes avant de craquer dès le début de la prolongation.

Des grands gardiens et un manque de réalisme offensif

C’est peut-être ce qui peut résumer le match des deux équipes. On a vu Vincent Enyeama et Rais M’Bolhi au sommet de leur art parvenant à sortir de grands arrêts face à quelques uns des meilleurs joueurs du monde. Le gardien du Nigeria peut-être fautif sur le premier but français avec une sortie hasardeuse sur corner, ce qui permet à Pogba de marque de la tête dans le but déserté par le gardien. La France s’imposera finalement 2 buts à 0.

M’Bolhi de son côté a été étincelant, multipliant les actions décisives, écœurant les attaquants allemands à chaque fois que ces derniers parvenaient à se frayer un chemin dans la défense algérienne. Avec côté algérien, un schéma de jeu qui rappelle celui utilisé contre la Belgique mais en mieux! Un bloc défensif compact, capable de gêner les premières relances allemandes et un jeu de contre basé sur la vitesse et des longs ballons à la recherche de Slimani l’avant-centre algérien.

Des Algériens qui ont peut-être manqué le coche en première mi-temps lorsqu’ils parviennent à se créer plusieurs occasions sans parvenir à inscrire un but. Même constat pour le Nigeria qui n’a pas réussi à trouver la faille malgré quelques belles frappes (Odemwingie, Emenike) à chaque fois repoussées par Lloris, le gardien français.

Les Algériens, la tête haute 

Si les Français s’attendaient à un match difficile face au Nigeria, champion d’Afrique en titre, certains promettaient une claque pour l’équipe d’Algérie qui allait regretter de s’être qualifiée pour les 8e de finales de la Coupe du Monde. Au regard du match face à l’Allemagne, la sélection algérienne, battue 2-1 après prolongations, ne doit sa défaite qu’à la fatigue et le manque de lucidité qui va avec. Sur le plan du jeu, l’Algérie sort grandi de ce match et de cette Coupe du Monde, avec des certitudes sur sa capacité à mettre en difficulté n’importe quelle défense grâce à une alternance de jeu court/jeu long sur les phases offensives.

Reste maintenant à confirmer ses performances, en réalisant de nouveaux exploits, au niveau continental par exemple, un titre de champion d’Afrique que l’Algérie n’a remporté qu’une seule fois en 1990. Et si tout cela peut paraître loin, car il reste une Coupe du Monde à finir, l’enjeu pour l’Afrique (et l’Asie) de parvenir à perturber l’affrontement entre l’Europe et l’Amérique du Sud dans les grandes compétitions internationales reste une problématique majeure pour ce continent qui compte nombre de joueurs de grande qualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s