BACK IN THE DAYS

Début décembre sortait le nouvel album du Wu Tang Clan, A Better Tomorrow. Un album attendu, scruté, tant le Wu malgré les années reste un monument du Hip-Hop outre-atlantique. Le Wu-Tang qu’on écoute comme les anciens, puisant leur sagesse et la force qui se cachent derrière une faiblesse apparente. On se calme…

Mais le Wu a vieilli, le tranchant s’est émoussé, et le crew new-yorkais peine à nous entraîner dans leur univers. Un album qui marque d’ailleurs un changement d’époque pour le Clan. Lorsque l’on regarde le titre des différents albums du Wu-Tang, on retrouve des références aux films de Kung Fu des années 1970-1980, des Chang Cheh et Liu Cha-Liang et de la grande époque des Shaw Brothers, les fameux producteurs de cinéma de Hong-Kong. La 36e chambre shaolin (Enter the 36th chamber – 1994), les 8 diagrammes de Wu-Lang (8 diagrams – 2007), L’homme à la lance contre Shaolin (Iron Flag – 2001), des clins d’oeil qui se retrouvent non seulement dans le titre d’albums mais aussi par des inserts de répliques à l’intérieur des morceaux: « the game of chess is like a sword fight, you must think first before you move » (Le jeu d’échec est comme un combat d’épée, vous devez d’abord réfléchir avant d’agir – Shaolin vs Wu Tang [1983]).

Les fans du Wu-Tang ont probablement déjà découvert ces films qui sont par ailleurs des références du cinéma d’arts martiaux. Un age d’or du cinéma du studio hongkongais également recyclé par Quentin Tarantino dans Kill Bill avec la complicité de RZA, membre du Wu-Tang, et qui a réalisé la bande originale du film.

Dans A Better Tomorrow, le Wu fait référence à une autre époque du cinéma hong-kongais, celle qui a vu l’émergence du cinéma policier made in HK. Un cinéma de genre dont l’un des principaux artificiers s’appelle John Woo. Un réalisateur connu en Europe pour ces films américains (Volte-Face, Broken Arrow, Windtalkers…), des productions qui restent un cran en dessous de ce que Woo a pu produire à Hong-Kong. Parmi ces meilleurs films de l’époque on peut citer Une Balle dans la Tête, The Killer, et A Better Tomorrow, traduit en français par « le Syndicat du Crime »…

Covers-Woo

De gauche à droite: A Better Tomorrow (1986), The Killer (1989), Une balle dans la tête (1990)

Ici rien à voir avec les combats chorégraphiés de Gordon Liu, le héros de la 36e chambre shaolin. Ce sont plutôt les armes à feu qui parlent dans des affrontements qui sont eux aussi esthétisés pour mimer des affrontements à mort où se mêlent opposition violente et finalement la compréhension et le respect entre deux personnages que tout oppose. Une réflexion sur le bien et le mal, les apparences et les faux-semblants, qui nourrit encore aujourd’hui le cinéma hongkongais. En témoigne la trilogie Infernal Affairs sorti dans les années 2000, et qui avait fait l’objet d’un remake en 2006 par Martin Scorcese avec Les Infiltrés.

Ce n’est pourtant pas la première fois que l’on retrouve des références au cinéma de john Woo dans le son du Clan. Dans l’album solo de Raekwon, le monstrueux Only Built 4 Cuban Linx sorti en 1995, le rappeur pille la musique et certains dialogues du film The Killer. Mais ce choix semblait être l’apanage du « Chief » qui reste aujourd’hui avec Ghostface Killah, l’un des membres du Wu-Tang les plus productifs. Vous pouvez jeter une oreille à son Shaolin vs Wu Tang sorti en 2011.

Le Wu-Tang n’est d’ailleurs pas le seul à avoir samplé les films de John Woo. Plus près de nous, en France, c’est le groupe Arsenik qui avait samplé un dialogue du film A Better Tomorrow sur le morceau Un Monde parfait (autre référence cinématographique au film de Clint Eastwood). Un titre extrait de l’album Quelques Gouttes Suffisent sorti en 1998. Un morceau en featuring avec MC Janik et qui avait largement tourné sur les ondes à sa sortie.

Wu versus Woo

A better tomorrow, l’album du Wu-Tang n’est pas une grande réussite. Une déception qui s’explique à la fois par l’hétérogénéité de l’album, l’absence de fil conducteur qui nous maintiendrait dans un univers particulier, une ambiance, en gros ce qui faisait la force du Wu-Tang. A noter aussi la faiblesse de certaines productions, le recours à des samples faciles comme l’usage du  Wake up everybody de Harold Melvin & The Blue Notes sur le titre A Better Tomorrow. Un son utilisé tel quel avec le refrain original de Teddy Pendergrass sans donner l’impression d’apporter une couleur nouvelle à ce classique du Rhythm & Blues des années 1970.

L’album donne l’impression d’une hésitation, savoir s’il faut maintenir une ligne directrice, dans la continuité du son « Wu-Tang », qui puise son inspiration dans la soul et le rhythm & blues des années 60-70, mélangé à une esthétique agressive, crapuleuse et qui trouve son ressort via des références aux films d’arts martiaux asiatiques. Le Wu-Tang pourrait-il être autre chose, se réinventer ? Aujourd’hui, la créativité du groupe en tant que collectif semble s’émousser tandis que certains rappeurs du crew parviennent à maintenir la tête hors de l’eau à l’image de Raekwon ou de Ghostface Killah.

Le son du Wu-Tang semble prisonnier de sa grandeur passée, un héritage immense qui inonde encore le hip-hop des deux côtés de l’Atlantique. Comme John Woo, le crew de New-York semble condamné à rejoindre les rangs des glorieux anciens, au risque de donner raison qui explique que « le rap c’était mieux avant ». Il reste pourtant quelques perles sur l’album du Wu-Tang Clan comme les morceaux Necklace ou Keep Watch.

Pour le reste, on vous conseille de (re)découvrir le cinéma de John Woo, le genre de film où les morceaux de bravoure sont à chercher du côté des fusillades, un cinéma d’action et de flingues où l’on retrouve des stars montantes du cinéma hongkongais à commencer par Chow Yun-Fat, plus connu en Europe pour son rôle dans Tigre et Dragons. Un cinéma qui malgré sa violence a le mérite d’être moins manichéen que les films d’action produit aux États-Unis à la même époque. Attention les yeux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s